Facebook Partager
 
Twitter Partager


Paroles 01 Comment je suis devenu voyageur
  Paroles 02 Nos vies en couleurs
  Paroles 03 Entre tes saints
  Paroles 04 Marcelle de Sarcelles
  Paroles 05 Graine de Brigand
  Paroles 06 Je n'suis pas courageux
  Paroles 07 Elle fait du zèle (pauvre France)
  Paroles 08 Ma tête en mendiant
Paroles 09 Petite fleur
  Paroles 10 J'm'élance
  Paroles 11 Donc je fuis
  Paroles 12 Cœur arrangé
  Paroles 13 Palestine confession
Paroles 14 Le daron
  Paroles 15 L'ennui et le jour
  Paroles 16 Non remontant

Comment je suis devenu voyageur [2011]
Double vinyle

Au commencement, il y a des oies et une base de loisirs. Un beau jour de printemps, les grands oiseaux font une halte. L’herbe est tendre, l’eau est limpide, des gamins lancent du pain. L’hiver revenu, les oies ne repartent pas. Pour la première fois depuis des centaines de générations de migrations annuelles, elles se font sédentaires. Fred Burguière les a beaucoup regardées avec ses enfants, leur a donné à manger et s’est demandé pourquoi elles ne repartaient plus, comme pour contredire Les Oiseaux de passage, le magnifique poème de Jean Richepin dont Georges Brassens a fait une chanson.


Et Comment je suis devenu voyageur est devenu le titre du douzième album des Ogres, album de nomades enracinés, de grands voyageurs qui se sont construit une maison, d’aventuriers qui savent où ils vont… Fred, Sam, Alice et Mathilde Burguière offrent seize nouvelles chansons qui tiennent autant du carnet de route que du journal intime collectif, de la méditation sur l’état du monde que du scrapbook engagé.


On y entend des rythmes gitans et des élans rock, des échos parigots et des accents du Sud, des vents d’Est et des parfums d’Orient, des grosses voix et de petits enfants, des pianos bien installés et des instruments d’ailleurs, des romantismes et des colères, des aujourd’hui et des rêves, des peut-être et des si-tu-veux – les Ogres encore une fois, mains ouvertes et cœur bien large.

 

Bertrand Dicale